Aller au contenu

Martin Tremblay
« Sur la ligne de front »
le lundi 25 septembre 2023 à 19 h

Lundi 25 septembre 2023, nous recevions Martin Tremblay photojournaliste pour la conférence «Sur la ligne de front». Ce sera la première conférence de la saison et en présentiel.

Contenu de la conférence :
 
Le photographe de guerre, Martin Tremblay nous plongera dans les coulisses de son métier en partageant ses récits les plus touchants et les moments les plus intenses de ses reportages.
 
Photojournaliste à La Presse depuis plus de 20 ans, il est reconnu pour ses reportages en terrain difficile. Il a couvert plusieurs conflits autour de la planète. Plus récemment, il s’est rendu à deux reprises en Ukraine.  Il a documenté les conséquences humaines de la guerre.
 

Biographie :

Martin Tremblay, La Presse
Il a notamment remporté en 2017 et 2019 le prix du meilleur reportage aux Concours canadiens de journalisme. Martin a également été en nomination au prestigieux concours National Pictures of the Year, à trois reprises en 2023.
 
Au Québec, il a été lauréat à de nombreuses reprises du prix Antoine-Désilets, reconnaissant le meilleur du photojournaliste québécois.
 
Il a couvert le conflit armé en Afghanistan deux fois. Ses reportages sur la guerre canadienne en Afghanistan ont été reconnus à plusieurs reprises.
 
Il a travaillé comme photographe de guerre en Arménie, en Haïti, en Israël et il s’est rendu en Afrique à plusieurs reprises. Il a en autre couvert la guerre en République Démocratique du Congo ainsi que la crise alimentaire au Niger.
 
Après avoir été directeur photos plusieurs années, il est actuellement photographe à La Presse. Il se spécialise notamment dans les projets documentaires à caractère sociaux.

 

Son site web : http://martintremblay.ca/

 

Cette rencontre était réservée aux membres du Club. 

Pour devenir membre, cliquez sur le bouton ci-dessous

Citation :

« Il y a les photographies qui ne montrent rien d’autre que ce que l’oeil voit; et il y a les photographies qui, au contraire, montrent que l’oeil ne voit presque rien » Dorothea Lange